Syrie

Le Contexte Général


Depuis août 2013, the MENTOR Initiative donne son soutien au contrôle de la leishmaniose cutanée (LC) et viscérale (LV) en Syrie. Avec le déplacement plus en plus fréquent des communautés ainsi que la destruction d’infrastructures, ces communautés existent dans des conditions fragiles où l’accès aux services sanitaires de base est réduit.

L’incidence des maladies augmente dans les communautés où il y a une aggravation des situations et ceci n’est pas moins le cas dans les régions du nord de la Syrie. Les six années de conflit jusqu’à ce jour – décrites comme la pire des crises humanitaires depuis la deuxième guerre mondiale – ont créé les conditions parfaites pour la transmission de LC et LV. The MENTOR Initiative a trouvé des moyens innovateurs pour aborder ce problème de santé urgent.

Qu’est-ce-que la leishmaniose ?

La leishmaniose est transmise par la piqûre d’un phlébotome femelle. Le parasite qui cause la leishmaniose s’introduit dans la circulation sanguine et envahir les cellules macrophages de l’hôte humaine piquée. Cette activité parasitaire cause des plaies ouvertes autour de la piqûre. Il y a trois principaux types de leishmanioses, causés par les différentes espèces de Leishmania :

  1. La leishmaniose viscérale (LV, le Kala-azar) qui est mortelle sans traitement.
  2. La leishmaniose cutanée (LC), la plus répandue des trois, qui causent des lésions cutanées qui peuvent se guérir spontanément mais sans traitement peuvent mener à des lésions cutanéo-muqueuses.
  3. La leishmaniose cutanéo-muqueuse qui peut causer la destruction partielle ou totale des membranes muqueuses du nez, de la bouche et de cavités du pharynx et des tissus avoisinant.

La leishmaniose en Syrie

La leishmaniose est souvent liée à la malnutrition, au déplacement de population, aux logements insalubres et aux systèmes immunitaires affaiblis, tels que l’on trouve en Syrie actuellement. La leishmaniose est un problème de santé inquiétant : la maladie est endémique dans beaucoup de régions et dans certaines, elle est la maladie transmissible la plus courante.

La démarche de MENTOR


MENTOR adopte une démarche à plusieurs volets pour lutter contre les maladies à transmission vectorielle telle que la leishmaniose qui peut avoir des avantages transversaux. Cela inclut la pulvérisation intradomicillaire (PID) de l’intérieur des abris de camps et des bâtiments urbains habités, afin de tuer les phlébotomes qui s’y reposent. Des moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée (MID) et des rideaux (RID) sont distribués aux personnes habitant des contextes plus ruraux pour les protéger des piqûres des phlébotomes. La gestion des déchets, particulièrement en milieux urbains, aide à réduire les sites de reproduction des phlébotomes. Toutes ces activités sont renforcées par une éducation et une communication adaptées aux milieux.

Le traitement de la LC inclut des injections de glucantine aux sites des lésions comme traitement de première ligne ou de pentostam. Cependant, l’administration de injections est douloureuse et nécessite des agents de santé ben formés et bien équipés. MENTOR forme des agents de santé dans des régions où le taux de transmission est élevé, et fournit un soutien technique et matériel aux structures sanitaires afin d’assurer l’accès à des services de traitement efficace pour une population d’environ 4,1 millions de personnes.

Grâce au caractère unique des services de MENTOR, un contrôle bien efficace et réussi a été obtenu dans certaines des conditions les plus difficiles.

 

LATEST NEWS

Leishmaniasis unleashed in Syria – Read the Lancet article and see how MENTOR are controlling this disease of conflict

 

The team with sandfly and tissue samples. These will be used in groundbreaking research with Ege and Haceteppe University, helping to evolve Leishmaniasis prevention strategies .

samples-arrival